Nouveau bouton de réservation sur Google ou comment faire un pas de plus.

« Doucement mais sûrement ».

A priori , cette devise ne fait pas trop penser aux géants du web. Sur internet tout va vite. Mais pourtant cette devise qui me vient à l’esprit quand je vois la nouveau bouton Google qui apparaît sur ma page en ce lundi matin.

Doucement.

Mon premier article sur le fait que Google s’intéresse de prêt à la réservation en ligne d’hôtel date de Novembre 2012 ! A l’époque, en voyant Google arriver avec son nouvel outil Google Hotel Finder, je croyais qu’il allait sérieusement changer le paysage. (Oui, je sais, je suis parfois un peu naïf).  En pratique, l’outil a bien été lancé, mais n’a pas fait tout de suite ce à quoi on s’attendait. Evidemment avec des clients comme Booking ou Expedia qui vous paient des millions tous les ans pour utiliser vos services publicitaires, c’est difficile de venir les court-circuiter en 6 mois.

Alors Google Hotel Finder, c’est installé, doucement. En ajoutant des fonctionnalités par ci par là. Ils ont permis aux hôtels indépendants de faire remonter leurs tarifs en direct (2013). En changeant de nom (on parle maintenant de Google Hotel Ads). En devenant un peu plus visible mais sans devenir proéminent.   Plus récemment (2015), Google a ouvert un programme à la commission en plus du programme initial qui est au CPC (Coût Par Clic).

Bref, ça se fait doucement.

Sûrement.

Et puis ça s’est vu aussi dans les chiffres. Comme j’étais hyper enthousiaste en 2013, j’ai permis aux premiers hôtels français de remonter les prix en direct sur Google. A l’époque, même les chaînes hôtelières n’y étaient pas encore. J’ai dû aller chercher un opérateur à l’étranger (avec tous les problèmes que ça implique : gestion de multiplanning, interfaces PMS….).  J’ai donc vu les stats de réservations depuis le début. Le constat de l’époque, c’était clairement que ça variait beaucoup d’un hôtel à un autre. Certains cartonnaient et d’autres voyaient péniblement la courbe s’activer.

En établissant, les tableaux de bord mensuels de plusieurs dizaines d’hôtels, je me fais ces réflexions tous les mois ou presque « Ah tiens, les résa Google démarrent sur cet hôtel »,  » Ah tiens, ça décolle sur celui-ci » ,  » Ah tiens, ça commence à être hyper régulier sur celui-là ». Je n’ai jamais eu de mois ou je me suis dit « Oh la, ça explose ». Non, jamais. Par contre, je constate que lorsque l’hôtel souhaite en profiter (et en le faisant avec un peu cohérence tarifaire) , c’est efficace et ça commence à dépasser les volumes d’autres canaux .

Bref, ça s’installe comme un vrai canal de réservation.

 

Nouveauté du jour.

Et donc, pour revenir au titre de cet article, voyons la nouveauté du jour.

Il s’agit du nouveau bouton « RÉSERVER UNE CHAMBRE »

Voici ce qu’on a ce matin :

 

Voici ce qu’on avait jusqu’à présent (avec un autre hôtel)

Ce bouton bleu peut n’avoir l’air de rien.  Certains diront, qu’avant, on voyait déjà le formulaire de réservation et les tarifs des différents distributeurs qui attiraient l’œil au détriment du bouton « Site web » qui permet de visiter le site officiel. Sauf que tout est une question de hiérarchie visuelle. 

Le bouton bleu , de part son contraste, devient clairement la nouvelle zone d’attention.  A la question  » Comment j’avance dans cette configuration ?  » , la réponse est clairement: le bouton bleu. De mon point de vue, ce qui vient ensuite, ce sont les tarifs listés plus bas, d’autant plus lorsqu’il y a « une offre » mise en avant comme dans l’exemple ci-dessous. Les points 2 et 3 peuvent se discuter. Mais tout le monde sera d’accord sur le point 1 !

 

Notez que sur cet exemple, l’hôtel s’en sort plutôt bien car il dispose d’une ligne de tarifs avec son site officiel. Il subit en revanche les abus de Tripadvisor, qui bien évidemment, contrairement à ce que cette ligne indique, ne dispose pas d’une offre à 168 € la chambre pour le 25 Janvier ! Mais bon, c’est un autre sujet qui mériterait un article à lui seul.

Si on clique sur le bouton « RÉSERVER UNE CHAMBRE », une fenêtre de type « Pop up » s’ouvre en surexposition sur la page permettant de faire entrer l’internaute dans un « tunnel de conversion ».

 

Ici on retrouve les mêmes tarifs, l’idée, pour Google, est simplement de concentrer l’attention sur les boutons bleus, vu que ce sont les clics sur ces boutons qu’il facture.

Bilan : si cet hôtel n’avait pas son tarif en direct affiché dans la liste des prix, il perdrait énormément en visibilité, car le bouton « Site web », même s’il est pour l’instant conservé en haut de la fiche hôtel,  est presque totalement occulté par ce bouton bleu qui attire l’œil.

Ce petit bouton bleu de ce lundi matin, c’est donc un pas de plus pour Google vers une mise en avant de l’outil Google Hotel Ads. Ceci aura clairement un impact en terme d’audience sur le site officiel. De mon côté, je mets toujours un tracker pour savoir combien de clics le bouton « Site web » de Google apporte à l’hôtel, donc ce sera très rapide de mesurer l’impact. Mais même sans ce suivi, on peut facilement comprendre, que ce bouton bleu va faire diminuer mécaniquement le nombre de clic sur le bouton « Site web », et donc diminuer l’audience du site Officiel de l’hôtel par ce canal.

Petits rappels qui font mal.

Pour rappel, les dernières évolutions allant dans ce sens avait déjà fait mal. Lorsque Google a introduit la Google Map localisant les hôtels sur des requêtes du type « Hotel #ville », il listait à l’époque 7 hôtels. Ces 7 hôtels étaient donc mis en avant gratuitement. A cette période, Google ne listait pas encore les prix des distributeurs. ET , lorsqu’on cliquait sur le nom de l’hôtel, on basculait directement sur le site internet officiel de l’hôtel. Que du bonheur  !

Et puis, Google a décidé d’ajouter les tarifs des distributeurs à côté du nom des hôtels. Déjà moins « Fun » !

Et puis, Google a décidé de passer de 7 hôtels à 3 hôtels. Encore moins « Fun ».

Enfin, Google a décidé que lorsque l’on clique sur le nom de l’hôtel, on ne va plus sur le site officiel de l’hôtel mais on va sur un page Google qui localise tous les hôtels de la ville avec une petite mise avant de l’hôtel sur lequel on a cliqué. A partir de là, ce n’était plus « Fun » du tout !

Donc, l’ajout de ce « petit bouton bleu » en ce lundi matin de Janvier va bien dans le sens de l’historique des modifications. Modifications qui vont toujours dans le même sens : générer plus de clics payant pour Google.

Comment lutter ?

L’exemple du Color Hotel illustré plus haut est un bon exemple. Pour faire la même chose, il vous faut un moteur de réservation disposant de l’interface avec Google Hotel Ads. A présent, de nombreux systèmes disposent de l’interface. Cependant, notez qu’il y a 2 options.

  • Option 1 : Paiement au clic : vous payez les clics sur votre tarifs, qu’il y est réservation ou pas.
  • Option 2 : Paiement à la commission : vous payez une commission (12%) uniquement s’il y a réservation

Tous les moteurs de réservation propose l’option 1. Par contre, certains ne vous proposeront pas l’option 2 .

Voici un petit résumé de la situation en ne prenant que les prestataires disponibles en français. Vous trouverez plus bas le lien pour tout comparer.

COUT PAR CLIC COÛT PAR COMMISSION
ReservIT ok
WixHotels ok ok
Vertical Booking ok
ErevMax ok
Fastbooking ok ok
Bookvisit ok
Wubook ok ok
Sirvoy ok
Whip ok ok
Eviivo ok
BookingOne ok
Seekda ok ok
Travelclick ok
ROIback ok
hotelier.com ok
WebHotelier ok
Peakwork ok
Cubilis ok
Bookassist ok
Simple Booking ok
RoomCloud ok ok
Mirai ok ok
AvailPro ok  ok
idiso ok
Trust international ok ok
Blastness ok
Revato ok
Sabre ok ok

Vous avez aimé l’article ? Ne ratez pas le prochain !
Inscrivez gratuitement pour être alerté dès sa mise en ligne !
Mes articles sont rares mais peuvent rendre service 🙂

 

Voici les pages pour consulter les moteurs de réservation disponibles et avoir plus d’infos sur le programme Google Hotel Ads

Liens utiles